Publier sur Internet : Retour d’expérience


Art d'écrire, Vie d'auteur / samedi, juin 27th, 2020

Depuis que j’ai accès à Internet, j’y partage mes écrits. Si cela a commencé avec de la fanfiction, cela est vite devenu une évidence pour des projets plus “sérieux”. J’avais envie, non, j’avais besoin de permettre la lecture de mes productions en libre-service. Publier sur Internet est devenu une évidence très rapidement et j’ai vogué, de plateforme en plateforme, avec plusieurs projets. Ces différentes expériences que j’ai acquises au fil du temps me permettent de vous en parler, aujourd’hui.

Publier sur Internet mes premiers écrits

Comme je l’évoquais, la première trace de la publication de ce que j’écrivais était des fanfictions. L’une d’entre elles m’a vraiment révélé l’importance pour moi de publier sur Internet. C’était une fanfiction Bones et à l’époque, sur Skyrock, elle faisait partie des fanfictions de référence sur cet univers. J’étais lu par des centaines de personnes (alors que ce n’était franchement pas de la grande qualité, on ne va pas se mentir) et j’avais des dizaines de commentaires encourageants par jour. Cette aventure m’a marqué. J’étais au collège, j’écrivais énormément et Skyrock m’a propulsé dans cette volonté de publier mes écrits. 

Publier sur Internet mon roman de fantasy

Bien des années plus tard, je n’ai pas cessé de publier sur Skyrock. J’ai eu des dizaines de blogs pour mes fanfictions (NCIS essentiellement) avant de commencer à proposer des nouvelles. J’y allais petit pas par petit pas. Les nouvelles marchaient moins bien que les fanfictions, mais ça ne m’a pas empêché de continuer. Au fil du temps, mes projets devenaient plus sérieux, plus longs. Et c’est ainsi que je me suis retrouvée à publier mon roman de fantasy, Les 7 Couronnes. Si vous me suivez depuis longtemps, vous avez peut-être eu l’occasion de la voir passer sur Skyrock ou même d’en lire les premiers chapitres. 

Un “succès” quasi immédiat

Les 7 Couronnes, c’est un gros projet de fantasy qui reste pour le moment dans mes tiroirs. Mais avant de prendre la poussière, cette histoire avait son blog dédié, était très appréciée et lut. J’étais inscrite sur pas mal de répertoires (des blogs qui répertorient des histoires avec plus ou moins de sélection) et je recevais des commentaires très encourageants. J’étais prête à foncer tête baisser avec ce roman, il me hantait jour et nuit. J’en avais même commencé la réécriture (beaucoup trop tôt, dit en passant) qui avait permis à l’histoire de prendre encore en maturité et en crédibilité. J’avais même une lectrice engagée dans mon récit (coucou Olivia Gometz !) qui m’a énormément aidé sur énormément d’aspects et toujours avec bienveillance.

La critique de trop

Cependant, ce petit nuage a pris fin presque un an (à peu près) après que j’ai commencé à publier sur Internet cette histoire précise. Skyrock commençait à se voir déserter de ses auteur.ices et moi, je tentais tant bien que mal d’attirer de nouveaux lecteurs qui m’aidaient à avancer sur mon histoire et me motivaient. Je me suis donc inscrite sur de nouveaux répertoires. 

Et là, c’est le drame…

Enfin, non, pas vraiment. La critique que j’ai reçue en m’inscrivant sur ce répertoire était très détaillée ainsi qu’assez mitigée. Et c’était la toute première que je recevais qui était à ce point négative. Si elle avait le mérite d’être très constructive, elle m’a fait quand même très mal. Car personne ne m’avait jamais pointé toutes les faiblesses présentées par mon récit tel que cette personne l’a fait. Style, orthographe, grammaire, intrigue, personnages… Tout y est passé. Et ça m’a complètement bloqué. 

Une tentative de réécriture

J’ai passé trois ans sans toucher à ce roman après ça. Trois ans pendant lesquels je me suis concentrée sur WIRE, je me suis concentrée sur mes Christmas Challenge, tels que Un jour, Je parie sur nous, ou encore Alexine Lannes. Et un beau jour, je me suis dit que j’aimerais beaucoup reprendre cette histoire. Les 7 Couronnes était un gros bébé déjà, bien que pas terminée, et je me suis lancée dans sa relecture. Jusqu’ici, tout allait bien, jusqu’à ce que je me mette à l’écrire. La critique m’est revenue en tête, avec toutes les faiblesses (car, évidemment, on ne se souvient que des choses négatives). Je me suis donc penchée sur un spin-off, mais par manque de temps, je n’ai pas continué. Un jour, peut-être, je reprendrais cette histoire. Je l’espère en tout cas.

Publier sur Internet et le Christmas Challenge

Le Christmas Challenge… Je l’ai évoqué régulièrement dans des articles et même dans le paragraphe juste au-dessus. Malgré ma mauvaise expérience précédente, je n’ai pas cessé de publier sur Internet, notamment grâce au Christmas Challenge. Si aujourd’hui, le challenge est officiellement terminé (paix à son âme), il m’a apporté énormément. Depuis 2015, j’ai écrit 4 romans et une fanfictions grâce à ce calendrier de l’avent littéraire. Rien que ça, oui. Des romans qui sont chers à mon coeur et qui ont chacun eu une notoriété différente. Si Je Parie Sur Nous et Alexine Lannes ont été lu par quelques personnes, c’est bien différent de Un jour et encore plus du Laurier Rose (anciennement, Rentre à la Maison). Les trois derniers cités ont été publiés sur Skyrock et sur Wattpad. Et ce sont clairement les deux derniers qui ont été une véritable révélation pour moi. Un jour à reçu d’excellents commentaires, des retours adorables et beaucoup d’attention (ainsi qu’une correction poussée par Lily Kells). Le Laurier Rose, c’était encore plus. Le nombre de lectures m’étonne encore, 2 ans après sa publication. J’ai, là aussi, eu le droit à un avis détaillé et des corrections de Célia (La Tasse de Thé) qui continue d’être ma bêta-lectrice sur la nouvelle version. 

En bref, le Christmas Challenge m’a permis d’écrire et de terminer des histoires avec lesquelles je vise l’édition (Alexine Lannes & Le Laurier Rose). 

WIRE et la publication sur Internet

WIRE, c’est sans aucun doute mon plus gros projet à ce jour. Une dystopie qui a été commencée en 2013, dans un petit studio, à deux pas de mon lycée. Réécrite trois fois, j’ai décidé, en 2019, de commencer sa publication sur Wattpad. Ici, publier sur Internet était également une évidence, mais s’est fait plus progressif. J’ai appris de mes erreurs passées et je voulais proposer quelque chose de fini pour à la fois partager un roman de qualité, mais aussi que ça serve ma notoriété virtuelle. 

En septembre 2019, le succès était clairement au rendez-vous : j’avais commencé par teaser sa sortie sur mes réseaux sociaux et les premiers chapitres ont rapidement trouvé lecteurs. Mais au fil des mois, les lecteurs se sont taris et même si mon nombre de lectures augmentait, je n’avais plus que très peu de commentaires jusqu’à ne plus en avoir du tout, de semaine en semaine. 

J’ai pris une décision, avant le confinement : j’ai fini de publier le premier livre de WIRE, Pouvoir, afin de pouvoir me pencher sur le second tome. J’espérais ainsi que plus de lecteurs rejoindraient l’aventure, mais ça n’a pas été le cas (enfin, pas pour le moment). 

Je ne désespère pas, loin de là, mais ça me fait aussi réfléchir à ce que l’on peut ou pas publier sur Internet, finalement. Je pense que certains genres sont peut-être plus propices que d’autres. Et cela dépend également des plateformes.

En résumé, toutes ces expériences m’ont été bénéfiques, d’une façon ou d’une autre, et me poussent à me poser les bonnes questions aujourd’hui. Et vous, quelles leçons avez-vous apprises de la publication en ligne de vos écrits ? J’ai hâte d’avoir vos retours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.