Rester régulier dans l’écriture

La régularité est la base de tout apprentissage et il n’existe pas de solution miracle. Bien écrire ne se fera pas du jour au lendemain et du travail vous sera demandé afin d’affirmer votre style et de créer des histoires intéressantes. Cet article, ce mois-ci, vous donnera quelques conseils afin de rester régulier dans l’écriture que ce soit de romans, de poèmes, de nouvelles, ou d’autres types d’écrits.

Le journal d’écriture

Le journal d’écriture, c’est ce qui va vous permettre de visualiser votre progression grâce à des éléments précis : le projet sur lequel vous travaillez, le nombre de mots écrits, le nombre de sessions d’écriture, le temps de vos sessions d’écriture, le nombre de mots dans le chapitre (cette liste est non-exhaustive !) Ainsi, vous tenez vos comptes en matière de projet et cela peut vous aider également à vous motiver.

Pour ma part, j’ai un carnet spécial dans lequel j’écris ma progression sous forme de points :

La date du jour, si j’écris/je corrige/je réécris, le projet et le numéro du chapitre sur lequel je travaille, le nombre de sessions d’écriture que je fais, le nombre de mots par session, le nombre de mots au total dans ma journée et enfin, le nombre de mots au total dans mon chapitre.

Je sais que certains auteurs peuvent aussi mettre des smileys ou des symboles pour leur faire comprendre que ce jour-ci, ils ont été bien productif, mais pour moi, on est déjà productif si on écrit, même un tout petit, donc ce système ne me convient pas, mais il peut peut-être vous convenir.

Tous les trimestres, je fais un bilan de mes projets. Je consacre une page de mon journal à tous mes projets sur lesquels je fais un bilan. Ainsi, je vois sur quoi j’ai travaillé, les projets sur lesquels j’ai avancé et cela me permet une certaine satisfaction et donc un regain de motivation pour continuer à écrire. Plutôt pas mal, en soi, mais comme toujours, cette méthode me convient sans qu’elle puisse forcément vous convenir !

En résumé, le journal d’écriture permet de tenir à jour notre productivité dans l’écriture et cela aide à visualiser exactement notre avancement.

Se fixer des objectifs

Les objectifs à atteindre sont un moyen d’avoir un but à atteindre sur une plus ou moins longue période. Vous pouvez vous fixer un objectif quotidien, hebdomadaire, mensuel, bimensuel, trimestriel, semestriel, annuel, bref, sur la durée que vous le souhaitez et il faut que vous atteignez cet objectif afin d’avoir ce sentiment de satisfaction personnel et de motivation.

J’ai décidé en janvier 2017 de me fixer des objectifs mensuels d’écriture plus ou moins important selon ma charge de travail et mon inspiration du moment. Par exemple, pour février, je me suis mis 6k mots, mais cela a été difficile de les atteindre car j’avais des travaux à rendre encore pour les cours. Mais j’y suis parvenue et c’est très réjouissant !

Je me suis également fixée un objectif annuel qui est de terminer le premier livre de ma dystopie. Comme j’utilise ce projet à la fois pour le ID2Mars, les Camps NaNo d’avril et de juillet et le NaNoWriMo de novembre, je ne devrais, normalement, pas avoir trop de difficultés à respecter mon objectif. Je croise les doigts !

Les objectifs sont une solution pour avancer car nous avons un but et parfois, cela peut-être motivant d’avoir une sorte de récompense à la fin.

Les sessions d’écriture

J’ai abordé ce thème dans la première partie de l’article et pour moi, il est indispensable de se fixer des temps d’écriture bien précis voire chronométrés. Ce que j’entends par là, c’est qu’en écrivant sur une période de 20 minutes, par exemple, en ne faisant que cela, vous serez concentré que sur cette tâche et vous serez ainsi plus productif. Cela ne convient encore une fois pas à tout le monde, chacun est différent, mais se fixer des plages horaires pour écrire est un bon moyen d’augmenter sa productivité.

Pour ma part, je fais régulièrement des sessions d’écriture chronométrées de 20 minutes puis je fais une pause d’une dizaine de minutes avant de reprendre. 20 minutes, c’est mon temps idéal car au delà, j’ai tendance à me déconcentrer et arrêter d’écrire. Ce qui m’aide aussi beaucoup, c’est de ne pas écrire seule. J’ai la chance d’avoir rencontré des personnes géniales grâce à Génération Ecriture et, sur le forum, il arrive assez fréquemment qu’on se fasse des Words Wars (guerres de mots) : on se fixe un temps (généralement 20 ou 30 minutes) et pendant ce temps, on doit écrire le plus de mots possible. Il n’y a pas de gagnant à la fin, mais on se dit le nombre de mots que nous avons écrit et on essaye de se motiver entre nous.

Pour ma part, le moment de la journée pendant lequel je suis la plus productive, c’est le soir, après 21h, après avoir mangé car je sais que je ne serais pas dérangée par mon ventre qui criera famine et que je me serais reposée de ma journée de travail. De plus, le forum de l’association est souvent mouvementé entre ces heures puisque c’est là où le plus de personnes sont disponibles afin d’écrire.

Les sessions d’écriture permettent de se mettre dans un état de concentration pendant un temps donné et donc, de rester productif sans être (normalement) tenté par les réseaux sociaux qui nous appellent !

Les exercices d’écriture

Il existe de nombreuses façons d’écriture même lorsque nous ne sommes pas inspirés par notre histoire.

La première est de faire ce qu’on appelle de l’écriture automatique. Cette méthode permet à votre cerveau de ne pas réfléchir à la tournure des phrases et à simplement écrire sans aucune pression. Cet exercice peut être difficile (moi, je n’y arrive pas), mais cela peut aussi permettre de garder une habitude d’écriture, de se vider totalement la tête et donc, d’être plus productif par la suite. Cela peut aussi vous donner de nouvelles idées pour vos histoires, qui sait !

Un second exercice consiste à prendre un thème et écrire dessus. Par exemple, si vous avez le thème “Flocons de neige”, vous écrivez tout ce qui vous vient à l’esprit sur ce thème, que ce soit en lien avec une de vos histoires ou non. C’est une bon moyen de sortir de votre zone de confort en traitant des thèmes dont vous n’avez pas l’habitude. Cela peut être un thème écrit, musical ou visuel, selon comment vous êtes le plus à l’aise.

Troisième exercice, c’est d’avoir une liste de mots que vous devrez placer dans votre texte. Par exemple, vous avez les mots cheval, sorcière, chocolat, pantalon, boire, et à partir de ces cinq mots, vous rédigez un texte de la longueur de votre choix. Pour l’exemple, je n’en ai pris que cinq, mais vous pouvez bien entendu en avoir plus (ou moins, à vous de voir !) Cela est valable aussi avec des noms propres, des musiques, des films, tout ce que vous pouvez ajouter à votre texte et qui vous inspire d’un moyen ou d’un autre.

Quatrième exercice, jouer avec les figures de style. Un livre que je trouve très bien pour cela, c’est Exercices de Style de Raymond Queneau qui présente un premier texte écrit à de manière différente 99 fois. Il utilise notamment les descriptions colorées, change son texte pour le rendre vulgaire ou très épuré, sous forme de surprise ou de rêve, avec des anglicismes ou en parlant toujours à la première personne. C’est un livre très intéressant et qui peut vous exercer à tester différents style. Pour ma part, je suis une grande adepte de l’Arc-en-ciel qui décrit tout en ajoutant beaucoup d’adjectifs de couleurs.

Et un exercice bonus qui est en lien avec l’écriture, mais qui peut s’en détacher c’est : la lecture ! La lecture d’un texte, d’une fiction, d’un roman, d’un article ou de tout autre chose que vous pouvez lire peut vous aider à trouver l’inspiration. Ce qu’il m’est arrivé de faire, surtout pour écrire des One Shots sur Harry Potter, c’est que j’ouvrais un des livres de la saga de J.K. Rowling, que j’en prenait une phrase ou une scène pas exploitée à fond et que j’écrivais dessus. C’est ainsi que je me suis retrouvée à écrire un OS sur Bellatrix et Rodolphus Lestrange.

Réfléchir sur une histoire

Avant d’écrire une histoire ou même d’avancer dans son histoire, nous avons besoin de nous poser dessus afin de travailler les détails ou même l’intrigue. Pour cela, on fait des recherches et on note nos idées.

J’ai un carnet d’écriture qui sert à noter toutes mes recherches et idées sur mes histoires. Le meilleur exemple était lorsque je me suis vraiment lancée dans un spin-off de mon roman fantasy où j’ai fait l’arbre généalogique d’un personne, fait la chronologie de l’histoire, noté de nombreuses idées d’intrigues et de développement de personnages et tout cela m’a aidé à rester inspirée mine de rien. Certes, ce n’est pas de l’écriture à proprement parler, on ne rédige pas des phrases, on ne rédige pas un récit structuré, mais cela fait partit de la construction d’un roman et également, cela aide à garder l’inspiration intacte.

Les recherches prennent beaucoup de temps dans une histoire et ce n’est pas à négliger car cela rendra votre récit plus pertinent. Et puis, quelques recherches, ça peut aussi être inspirant, vous ne pensez pas ?

Quelques outils et liens utiles (liste non exhaustive)

Pacemarker : Idéal si vous avez un objectif et que vous voulez écrire un peu quotidiennement. Pour vos écrits, vous entrez votre objectifs de mots à atteindre et vous choisissez comment vous souhaitez écrire (avoir un nombre au hasard de mots par jour, avoir le même nombre de mots par jour, écrire beaucoup au début et peu à la fin ou l’inverse), vous avez un nombre infini de possibilité. Aussi, cela vous permet de tenir un petit journal d’écriture puisque tous les jours, vous indiquez votre progression.

Mon expérience : Je l’ai découvert au début du mois et je suis totalement convaincue. Même si j’ai un journal, avoir une trace de ma progression sur ce site est très instructif et j’aime bien voir ma barre de progression augmenter !

3 pages : Chaque jour vous devez écrire un minimum de 750 mots soit environ 3 pages. Le but est d’avoir le plus grand nombre de jour validés pour créer une chaîne. Si vous n’écrivez pas une journée, la chaîne est brisée et votre nombre total de jours validés à suivre retombe à zéro. Un bon moyen de rester motiver !

Mon expérience : En NaNo, cela m’aide beaucoup pour tenir mes comptes et me motiver à atteindre un objectif journalier. Cependant, atteindre 750 mots par jour n’est pas toujours facile, je n’ai pas spécialement envie ou la possibilité d’écrire chaque jour et je brise la chaîne assez vite.

ID2Mars : Un challenge qui se déroule sur tout le mois de mars et qui ne se bloque pas qu’à l’écriture mais à tout autre projet créatif ou non. Le but est de passer au minimum 50h sur son projet. Le site ne propose pas encore de nombreuses fonctionnalités (comme le compte d’heures, par exemple) mais un groupe facebook permet aux participants de discuter et de partager autour des projets.

Mon expérience : En soi, je trouve que c’est une très bonne idée même si la notion de 50h est un peu vague pour moi, donc j’ai préféré me fixer un objectif de mots, comme pour le NaNo, en fait. Le site n’est pas assez complet, il manque la capacité d’indiquer notre progression, ce qui est embêtant, mais ce sera fait pour la session 2018 (d’après la créatrice du groupe Laura Isabelle).

Camps NaNo : C’est un challenge d’écriture qui se déroule en avril et en juillet et pendant lequel ce sont nous, auteurs, qui choisissons notre objectif de mots à atteindre.

Mon expérience : c’est un très bon moyen d’atteindre un objectif en un mois et aussi de s’entraîner au NaNoWriMo. Cela permet vraiment d’avancer sur nos projets selon nos envies.

NaNoWriMo : C’est le gros challenge d’écriture qui se déroule pendant tout le mois de novembre et pendant lequel, nous devons écrire 50k mots de notre projet.

Mon expérience : Je n’ai jamais encore atteint les 50k mots, mais en réalité, je ne les vise pas non plus. Pour les deux éditions, je m’étais fixée 25k et 30k a atteindre et j’ai atteint ces deux objectifs en plus d’avoir terminé les deux histoires sur lesquelles je travaillais. Alors oui, je n’ai pas été gagnante officielle, mais ça ne fait rien car ça a tout de même été deux victoires pour moi.

Christmas Challenge : Un challenge d’écriture qui consiste à choisir 25 thèmes parmi ceux proposés et d’en écrire 25 textes qui seront publiés du 1er au 25 décembre.

Mon expérience : J’ai participé en 2015 et 2016 et les ai réussis tous les deux. Je trouve que les thèmes sont très inspirants, que ça aide et qu’en même temps, ça place des contraintes intéressantes.

Summer Challenge : 9 genres littéraires et 9 textes, c’est ce que propose ce défi qui se déroule en juillet et août.

Habitica : Cette application mobile disponible également en version web m’a rendu totalement accro avec son système de gamification. Le but ? Faire évoluer votre personnage grâce à vos tâches à faire ! Plus vous ferez vos tâches, plus vous gagnerez de l’expérience, plus vous gagnerez des sous qui vous permettront d’acheter des équipements et plus votre personnage évoluera !

Mon expérience : Je suis vraiment accro à ce jeu depuis des mois et je sens que j’avance dans ce que j’ai à faire. Je trouve l’application mobile très intuitive, facile à utiliser et j’ai adapter cette méthode à ma vie de tous les jours !

Petits ateliers d’écriture, par Académie de Nice : Un document proposant différents exercices d’écriture très intéressants !

This Post Has 2 Comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.